Jean Bosco est né en 1815 près de Turin, dans une famille de modestes cultivateurs. À 9 ans, un “rêve” oriente sa vocation d’éducateur. En visitant les prisons, le jeune prêtre Jean Bosco comprend qu’il est appelé à s’occuper de la jeunesse en souffrance. Il lance dans un quartier pauvre de la ville, le Valdocco, son premier “oratoire” (patronage pour les activités de loisirs, de culture et un approfondissement de la vie chrétienne).

En 1859, il fonde la congrégation des Salésiens et, en 1872,

avec sœur Marie-Dominique Mazzarello, un institut féminin, les Salésiennes de Don Bosco. Ces congrégations sont aujourd’hui présentes dans le monde entier.

Il meurt à Turin en 1888. Il est reconnu saint en 1934. Jean-Paul II le proclamera “Père et Maître de la jeunesse”.

Je suis  déjà religieuse… comme le mot

« sœur » devant mon prénom l’indique. 

J'ai déjà fait :

- Vœu de chasteté : je consacre mon cœur et tout mon être à Dieu et aux enfants qui ont le plus besoin d’être accompagnés dans leur croissance ;

- Vœu de pauvreté : je souhaite que Jésus soit toute ma richesse ; 

- Vœu d’obéissance : je désire accomplir ce que Dieu rêve pour moi et les jeunes qu’il me confie. 

J'ai prononcé ces trois vœux de manière

temporaire le 5 août 2013, pour la première fois. Depuis, je les ai renouvelés plusieurs fois. Le 29 mai 2021, je les prononcerai pour toujours., je les prononcerai pour toujours.

Ce seront les « vœux définitifs», car ce chemin d’Amour est vraiment celui qui me rend heureuse et me permet de faire beaucoup d’heureux autour moi !

Des femmes qui suivent le Christ à la manière de Jean Bosco et de Marie-Dominique Mazzarello. Elles prient et vivent en communauté. Les enfants et les jeunes sont le cœur de leur mission.
Elles se consacrent aux plus pauvres, c’est à dire à ceux et celles qui pour diverses raisons, ont le moins de chance de réussir leur vie et sont les plus fragiles.
Elles réalisent leur mission dans un esprit d’adaptation, d’audace, de joie et de créativité, en communion avec leurs frères salésiens, les laïcs coopérateurs et en rendant les jeunes acteurs et responsables.